Le chemin des anciens pieux

Accueil > Jurisprudence > La prière > L’abandon de la prière > Délaisser un des piliers de l’Islâm est de la mécréance

Délaisser un des piliers de l’Islâm est de la mécréance

SHeikh Muhammad Ibn Sâlih al-‘Uthaymîn (rahimahullâh)

vendredi 13 mai 2016, par Ismaïl Ibn Hâdî

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Lorsqu’une personne délaisse un des piliers de l’Islâm, devient-elle mécréante pour autant ?

Nous disons que lorsqu’une personne ne témoigne pas qu’il n’y a nulle divinité qui ne mérite l’adoration si ce n’est Allâh, et que Muhammad est l’Envoyé d’Allâh, elle est certes mécréante selon le consensus des savants. Il n’y a aucune divergence à ce sujet. Mais quant au fait de délaisser la prière, la Zakât, le Jeûne, le Pèlerinage ou un seul de ces piliers, il y a alors sur cela une divergence. Selon un des avis de l’imâm Ahmad (rahimahullâh), celui qui délaisse un des piliers de l’Islâm devient mécréant. C’est-à-dire celui qui délaisse la prière devient mécréant, celui qui délaisse la Zakât devient mécréant, celui qui délaisse le Jeûne devient mécréant, celui qui délaisse le Pèlerinage devient mécréant. Cependant, ce point vue est rendu faible par l’absence de preuve.

Ce qui est le plus juste est qu’entre ces piliers, seul l’abandon de la prière rend mécréant. Cela sur la base de la parole de ‘Abdullâh Ibn Chaqîq (rahimahullâh) qui dit : « Aucun acte n’était perçu par les compagnons de Muhammad comme une impiété pour celui qu’il l’abandonnait, hormis la prière. » Sur cela, les preuves sont bien connues. Sur cette base, celui qui rejette l’obligation de la prière tout en la faisant, est mécréant. Car certes l’obligation de cette dernière est un commandement réputé de fait dans la religion musulmane. [1]

Notes

[1Charh al-Arba’în an-Nawawiyyah du SHeikh Muhammad Ibn ‘Uthaymîn, p.79-80

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 - 2019 © MANHAJULHAQQ.COM • TOUT DROIT RÉSERVÉS