Le chemin des anciens pieux

Accueil > Science du Hadîth > Commentaire de Hadîth > L’émigration demeurera tant que subsistera le combat contre l’ennemi

L’émigration demeurera tant que subsistera le combat contre l’ennemi

Règles & fondements

jeudi 18 février 2016, par Ismaïl Ibn Hâdî

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

D’après ‘Abdullâh Ibn Sa’dî (radhiallâhu ‘anhu), l’Envoyé d’Allâh (sallallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « L’émigration demeurera tant que subsistera le combat contre l’ennemi. » Rapporté par an-Nassâ-î et authentifié par Ibn Hibbân.

L’émigration est le fait de sortir d’une terre mécréante pour une terre d’Islâm, lorsque les résidents en terre mécréante n’ont pas la capacité d’extérioriser leur religion. Il devient alors obligatoire pour eux d’en émigrer. [1] L’émigration se distingue de deux manières : la première est l’émigration depuis la Mecque vers Médine, et cette émigration a été obtenue par les seuls Compagnons à l’exception du reste des gens, et cette émigration a pris fin avec la libération de la Mecque. La deuxième est l’émigration depuis la terre de mécréance vers une terre d’Islâm, ou de la terre d’innovation pour une terre de Sounnah. Le musulman qui pratique la Sounnah se doit d’émigrer vers un lieu où il pourra extérioriser les rites de la religion, afin de ne pas être éprouvé et de ne pas subir de préjudice. [2]

Ce hadîth indique l’obligation d’émigrer d’une terre polythéiste pour une terre musulmane, et cela est la position de la majorité des dogmes des savants. Cela sur la base de la Parole d’Allâh – Ta’âla : « Ceux qui ont fait du tort à eux mêmes, les Anges enlèveront leurs âmes en disant : "Où en étiez-vous?" (à propos de votre religion) - "Nous étions impuissants sur terre", dirent-ils. Alors les Anges diront : "La terre d’Allah n’était-elle pas assez vaste pour vous permettre d’émigrer ?" Voilà bien ceux dont le refuge est l’Enfer. Et quelle mauvaise destination ! » [3] SHeikh ‘Abder-Rahmân as-Sa’dî a dit : « Ce verset est une preuve que l’émigration fait partie des plus grandes obligations, et que le fait de la délaisser fait partie des choses prohibées, bien plus encore, cela fait partie des grands péchés. »

Il est dit dans « Charh al-Iqnâ’ » : l’émigration est une obligation pour quiconque n’a pas la capacité d’extérioriser sa religion en terre de guerre, et qui se traduit notamment par une terre de mécréance. La résidence en un lieu avec l’ordre d’appliquer la religion est une obligation, et l’émigration est une nécessité permettant d’arriver à cette obligation, et tout ce qui permet d’établir une obligation devient lui-même obligatoire. Dans « al-Mountaha » il est dit : dans un pays renégat, ou là où des innovations égarées y sont faites, comme les Chiites et Mou’tazilites. Le fait de quitter ces lieux pour un pays des gens de la Sounnah est obligatoire, lorsqu’il est impossible d’extérioriser le dogme des gens de la Sounnah en ces lieux. Et cela est valable en terre mécréante pour qui en a la capacité. Sur la base de la Parole d’Allâh – Ta’âla : « A l’exception des impuissants : hommes, femmes et enfants, incapables de se débrouiller, et qui ne trouvent aucune voie » [4]

Rachîd Ridhâ a dit : Il n’y a pas de divergence pour nous sur l’obligation d’émigrer pour qui n’a pas la possibilité de pratiquer sa religion, ou qui subit des préjudices et ne peut pas les supporter. Et pour ce qui est du résident en terre de mécréance, et pour qui il n’est pas interdit de pratiquer sa religion, et ne subit pas de tort, avec la possibilité de manifester l’ensemble de ses règles religieuses sans blâme, il n’est alors pas obligatoire dans cette situation d’émigrer. [5]

Notes

[1Fathu dhî al-Djallâl wal-Ikrâm bi-Charh Bouloûgh al-Marâm du SHeikh Ibn ’Uthaymîn, 14/40

[2Tawdhîh ul-Ahkâm min Bouloûgh al-Marâm du SHeikh ’Abdullâh al-Bassâm, 6/383

[3Coran, 4/97

[4Coran, 4/98

[5Tawdhîh ul-Ahkâm min Bouloûgh al-Marâm du SHeikh ’Abdullâh al-Bassâm, 6/380-381

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 - 2019 © MANHAJULHAQQ.COM • TOUT DROIT RÉSERVÉS