Le chemin des anciens pieux

Accueil > Jurisprudence > Le fondement dans les actes adorations

Le fondement dans les actes adorations

SHeikh Souleimân ar-Rouheilî (qu’Allâh le préserve)

mercredi 15 mars 2017, par Ismaïl Ibn Hâdî

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

SHeikh al-Islâm Ibn Taymiyyah (rahimahullâh) a dit : Ahmad et d’autres parmi les savants jurisconsultes des gens du hadîth, disent que le fondement dans le domaine des actes d’adoration est que ces derniers sont conditionnés par des règles strictes. Il n’y a rien de légiféré dans ce domaine si ce n’est ce qu’Allâh a légiféré. Cela entre dans le sens de la Parole d’Allâh – Ta’âla : « Ou bien auraient-ils des associés [à Allâh] qui auraient établi pour eux des lois religieuses qu’Allâh n’a jamais permises ? » [1]

Concernant par contre les affaires sociales et coutumes, et par ce que l’on entend par les coutumes il y a les nécessités, les expériences et raisonnements, l’effort d’interprétation, le fondement dans le domaine des coutumes, c’est le pardon, l’excuse. Ils s’en réfèrent à ce qu’ils considèrent comme le plus sage dans le but d’un intérêt commun, et le mettent en application. Mais dans le cas d’une cause vicieuse, ils la délaissent. Le point le plus important dans la pratique de ce principe est d’opter selon ce qui semble le plus approprié. Ils font un effort dans le cas d’un raisonnement par analogie en l’absence d’un texte clair prédominant. [2]

Notes

[1Coran, 42/21

[2Qawâ’îd Ta’âroudh il-Massâlih wal-Mafâssid du SHeikh Souleimân ar-Rouheilî, p.38-39

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 - 2018 © MANHAJULHAQQ.COM • TOUT DROIT RÉSERVÉS