Le chemin des anciens pieux

Accueil > Jurisprudence > La prière > L’abandon de la prière > Ne jamais prier et le fait de prier occasionnellement

Ne jamais prier et le fait de prier occasionnellement

SHeikh Muhammad Ibn Sâlih al-‘Uthaymîn (rahimahullâh)

samedi 6 juin 2015, par Ismaïl Ibn Hâdî

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Ce qui apparaît le plus clair (sur ce sujet) est que la personne ne devient pas mécréante (lorsqu’elle prie parfois) à moins qu’elle n’abandonne la prière tout le temps, dans le sens où elle a décidé de ne plus prier, ne priant ni le Dhour, ni le ‘Asr, ni le Maghreb, ni le ‘Ichâ et ni le Fajr. C’est celle qui est considérée mécréante (véritablement). Mais si elle prie une ou deux prières obligatoires, alors elle n’est pas considérée comme mécréante, et elle ne peut pas vraiment être décrite comme une personne ayant renoncée à la prière. Le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Entre l’homme et le polythéisme et la mécréance, il y a le fait de délaisser la prière. » Dans une autre version le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Qui délaisse une prière prescrite volontairement n’est plus sous la protection d’Allâh. » L’authenticité de ce hadîth est à voir.

Le principe de base qui prédomine en Islâm est qu’il n’y a pas une personne qui sorte de la religion si ce n’est avec une certitude avérée (quant à sa mécréance). Car lorsqu’une certitude est avérée, il n’y a rien qui puisse la lever si ce n’est une autre certitude. C’est pourquoi le principe est que cette personne en particulier est à la base musulmane, et on ne fait pas sortir une personne qui est avérée en l’Islâm, si ce n’est en présence d’une preuve certaine de sa mécréance.

Certains savants ont dit : « N’est pas mécréant celui qui délaisse la prière par paresse. » Pour l’imâm Ahmad, la personne qui délaisse la prière par paresse est mécréante. Cela est le dire prédominant. Les preuves tirées du Qor’ân, de la Sounnah de l’Envoyé (sallallahu ‘alayhi wa salam), et des paroles des anciens pieux indiquent cette position authentique. [1]

P.-S.

Lire sur le même : L’abandon de la prière

Notes

[1Ach-Charh al-Moumti’ ’ala Zâd al-Moustaqni’ de SHeikh Ibn ’Uthaymîn, 2/27-28

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 - 2019 © MANHAJULHAQQ.COM • TOUT DROIT RÉSERVÉS