Le chemin des anciens pieux

Accueil > Jurisprudence > La prière > Prier derrière l’innovateur ou le pervers ?

Prier derrière l’innovateur ou le pervers ?

Règles & fondements

mercredi 1er octobre 2014, par Ismaïl Ibn Hâdî

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

SHeikh ’Abdel-’Azîz ar-Râdjihî (qu’Allâh le préserve) a expliqué que concernant l’imâm dont nous ne connaissons pas de lui d’innovation ou de perversité, il est permis de prier derrière lui selon l’avis unanime des savants ; car il n’y a pas de condition quant au fait de s’assurer de sa croyance (quand cela n’est pas connu) en l’interrogeant sur ce qu’il croit. Parmi eux, il y a l’innovateur qui prêche pour son innovation, et le pervers qui laisse apparaître aux gens sa perversité. Les savants ont statué sur le sujet et disent que « quand l’innovateur prêche son innovation, il n’est pas permis de prier derrière lui, mais s’il ne prêche pas cela, c’est alors permis. De même pour le pervers, quand il laisse apparaître sa perversité, on ne prie pas derrière lui, dans le cas contraire, c’est permis. » Ce qui est le plus juste en la matière, c’est que la prière derrière eux est valable, avec la condition que leur innovation ou perversité ne mène pas à la mécréance. Pour ce qui est de l’imâm mécréant, « la prière derrière lui n’est pas valide selon l’avis unanime des savants, comme derrière les adorateurs des tombes qui implorent autre qu’Allâh, ceux qui immolent pour les saints, ou font des circumambulations autour des tombes, ou des voeux aux morts ; s’il la personne prie derrière l’un d’entre eux, elle doit refaire sa prière, qu’elle se rende compte de cela pendant la prière, ou avant, ou après, ou sur le moment, et ce jusqu’à même un long temps écoulé. » Aussi, quand l’innovation ou la perversité de la personne ne mène pas à la mécréance, il y a sur le sujet une divergence d’opinion entre les savants. Et l’avis le plus juste est que la prière derrière eux dans ce cas est valide sur la base du hadîth rapporté chez al-Bukhârî : « Ils vous mèneront dans la prière, si elles sont bien faites, la récompense est pour vous et pour eux, et s’ils se trompent, (la récompense) est pour vous et (le péché) est sur eux. » D’autres hadîth faibles sont cités dans ce domaine comme : « Priez derrière tout pieux ou pervers. » ou « La prière vous est obligatoire avec tout musulman, qu’il soit pieux ou pervers. » et « Priez derrière celui qui prononce qu’il n’y a d’autre divinité si ce n’est Allâh » et « Priez sur celui qui meurt parmi les gens qui prononce qu’il n’y a d’autre divinité si ce n’est Allâh » ces hadîth sont faibles mais trouvent un fondement dans ce qui est rapporté dans le Sahîh al-Bukhârî. [1]

Leur sens est authentique et il est qu’il faut prier sur le musulman et prier derrière le musulman. Ce qui est voulu par « qui prononce qu’il n’y a d’autre divinité si ce n’est Allâh » est le monothéisme (Tawhîd) et non l’hypocrisie qui cache la mécréance mais n’a pas accompli d’acte annulant l’Islâm, et ceci est bien connu. On nous a interdit de prier sur l’hypocrite sur la base de la parole d’Allâh - Ta’âla : « Et ne fais jamais la Salat sur l’un d’entre eux qui meurt » [2] Quant au pervers, on prie derrière lui si on ne trouve personne d’autre ou qu’on craint un trouble, mais il ne convient pas que le pervers soit désigné imâm pour les gens. [3]

De son côté, SHeikh al-Islâm Ibn Taymiyyah (rahimahullâh) dit que « les imâms sont unanimes sur le fait qu’il est réprouvé de prier derrière un pervers, mais ils ont divergé quant à savoir si la prière est valide. Certains disent qu’elle n’est pas valide, tel que Mâlik et Ahmad selon l’un des deux rapports provenant d’eux. Certains ont dit qu’elle est valide, comme Abû Hanîfa, ach-Châfi’î, et un autre rapport provenant de Mâlik et Ahmad. Mais ils ne contestent pas le fait qu’un tel homme ne doit pas être nommé à diriger la prière. » [4]

SHeikh ’Abdullâh al-Bassâm (rahimahullâh) dit dans son commentaire que Ibn al-Qayyîm, SHeikh ’Abder-Rahmân as-Sa’dî, Sheikh Ibn BâZ et d’autres, ont opté pour le fait « que la prière derrière la personne perverse est valide. » Certes, Ibn ’Oumar a prié derrière al-Hajjâj qui faisait couler le sang (injustement) et Moukhtâr Ibn Abî ’Oubeid qui était accusé de s’adonner à la sorcellerie et au charlatanisme. Le fondement est que la prière valable pour soi est valable pour ceux qui prient derrière soi, et la prière du pervers est valable pour lui-même sans aucune divergence. [5]

Notes

[1Al-Hidâyah ar-Rabbâniyyah fî Charh il-’Aqîdat it-Tahâwiyyah de SHeikh ’Abdel-’Azîz ar-Râdjihî, 1/535-536

[2Coran, 9/84

[3Al-Ifhâm fî Charh Bouloûgh al-Marâm de ’Abdel-’Azîz ar-Râdjihî, 1/222

[4Madjmou’ Fatâwa de Ibn Taymiyyah, 23/358

[5Tawdhîh ul-Ahkâm min Bouloûgh al-Marâm du SHeikh ’Abdullâh al-Bassâm, 2/564-565 - A lire aussi Nayl al-Mârib fî tahdhîb Charh ’Oumdat it-Tâlib de SHeikh ’Abdullâh al-Bassâm, 1/345-346

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 - 2019 © MANHAJULHAQQ.COM • TOUT DROIT RÉSERVÉS