Le chemin des anciens pieux

Accueil > Jurisprudence > La prière > La prière du vendredi > Les âmes des morts se rapprochent de leurs tombes et arrivent vers elles le (...)

Les âmes des morts se rapprochent de leurs tombes et arrivent vers elles le jour du vendredi

Ibn El-Qayyîm & Ibn Taymiyyah

jeudi 12 juillet 2018, par Ismaïl Ibn Hâdî

BismiLLehi Er-Rahmâni Er-Rahîm

Les âmes des morts se rapprochent de leurs tombes et arrivent vers elles le jour du vendredi, et alors elles reconnaissent ceux qui leur rendent visite, passent près d’eux, les saluent. Ceux qui les connaissent viennent les voir en ce jour plus qu’en un autre jour. C’est donc le jour où se rencontrent les vivants et les morts. Quand l’heure surviendra, les premiers et les derniers se rencontreront, ainsi que les habitants de la terre et les habitants des cieux : le Maître et le serviteur, l’auteur et ses actes, la victime d’une iniquité et son oppresseur, le soleil et la lune. Il est le jour de la réunion et de la rencontre. C’est pourquoi les gens se rencontrent en ce jour plus qu’en un autre jour.

Ibn Abî ad-Douniâ mentionne le dire d’un proche de ‘Âssim al-Djouhdarî que voici : « J’ai vu en rêve ‘Âssim al-Djouhdarî, deux ans après sa mort. J’ai dit : « N’es-tu pas mort ? » Il me dit : « Si bien-sûr. » J’ai dit : « Où es-tu alors ? » Il dit : « Par Allâh ! je suis dans un jardin parmi les jardins du Paradis, avec quelques-uns de mes compagnons. La nuit de chaque vendredi et aussi son matin, nous nous réunissons avec Bakr Ibn ‘Abdullâh al-Mouznî, et alors nous recevons de vos nouvelles. » J’ai dit : « Est-ce que ce sont vos corps ou vos âmes qui se rencontrent ? » Il dit : « Loin de cela, les corps sont pourris. Ce sont plutôt les âmes qui se rencontrent. » J’ai dit : « Est-ce que vous êtes au courant quand nous vous rendons visite ? » Il dit : « Oui, nous en sommes au courant, la veille du vendredi, toute la journée du vendredi et la nuit du samedi jusqu’au lever du soleil. » J’ai dit : « Pourquoi cela, et pas en un autre jour ? » Il dit : « À cause du mérite du jour du vendredi et de sa distinction. » »

Ibn Abî ad-Douniâ mentionne aussi le dire de Muhammad Ibn Mâsi’ que voici : « Au matin de chaque samedi, je vais au cimetière. Je m’arrête devant les tombes, je les salue et je fais des invocations en leur faveur, puis je m’en vais. On m’a dit alors : Et si tu changes ce jour par le jour du lundi ? J’ai dit : « Les morts, m’est-il parvenu, sont informés des visites qu’on leur rend le jour du vendredi, le jour d’avant et le jour d’après. » Il mentionne entre autres, le dire de Soufyân ath-Thawrî que voici : « Il m’est parvenu que adh-Dhahak a dit : « Si quelqu’un rend visite à une tombe, le samedi, avant le lever du soleil, le mort est au courant de sa visite. » Comment cela ? lui a-t-on-dit. « Pour le rang du vendredi » a- t-il répondu. » [1]

L’âme reste après s’être séparée du corps, contrairement à l’avis des théologiens scolastiques, et elle monte et redescend, contrairement à l’avis des philosophes égarés, et on la réinsère dans le corps, et le mort sera interrogé et bien traité ou châtié en conséquence. » [2] L’ensemble des hadîths reçus par des voies conformes affirment le retour de l’âme au corps, car la question du corps privé de l’âme est soutenue par un groupe de gens mais démentie par la majorité des savants. Il en est de même d’une âme sans corps. Ibn Maysarah et Ibn Hazm en soutiennent la possibilité. Mais s’ils avaient raison, la tombe ne serait pas le seul endroit à pouvoir l’accueillir. » [3]

Notes

[1Zâd ul-Ma’âd fî Hadî Kheir al-‘Ibâd de Ibn El-Qayyîm, p.171-172

[2Madjmou’ al-Fatâwa de Ibn Taymiyyah, 4/292

[3Madjmou’ al-Fatâwa de Ibn Taymiyyah, 5/446

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 - 2018 © MANHAJULHAQQ.COM • TOUT DROIT RÉSERVÉS