Manhajulhaqq.com

Accueil > Jurisprudence > Mariage & Divorce > La femme qui demande le divorce sans raison valable

La femme qui demande le divorce sans raison valable

SHeikh ‘Abdel-‘Azîz Ibn Abdullâh Ibn BâZ (rahimahullâh)

mardi 16 septembre 2014, par Ismaïl Ibn Hâdî

Version imprimable de cet article Version imprimable | Enregistrer au format PDF | Pas de licence spécifique (droits par défaut)

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Quand la femme demande à son mari le divorce sans une raison valable et que le mari refuse cette demande, est-elle de ce fait pécheresse pour cela ou non ?

Si la femme n’a pas de raison valable, le mari n’est pas forcé de répondre à sa demande de divorce, mais il est aussi nécessaire pour lui de chercher les choses qui apporteront l’harmonie et l’amour (dans leur relation), et la débarrasser (cette relation) des choses qui amèneront au divorce. Car il est possible qu’elle est quelques raisons valables. Il est donc nécessaire qu’il prenne en considération cela, car il se peut qu’elle ait des raisons légitimes, soit à cause du mauvais caractère du mari ou de son avarice, ou du fait qu’il reste dehors toute la nuit ou qu’il rentre très tard à la maison, ou encore d’autre raisons similaires. Donc, il lui est obligatoire d’observer ces choses et de craindre Allâh afin qu’il donne à la femme son droit. Quand à elle, il ne lui est pas permis de demander le divorce si ce n’est en présence d’une raison (islamiquement) valable. Comme de ce qui provient du Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa salam) qui a dit : « Toute femme qui demande le divorce sans raison valable ne sentira pas le parfum du Paradis »  [1].

Ceci est une menace sévère. Donc, il incombe à la femme de vivre avec son époux dans la bonté, la gentillesse, de l’écouter et lui obéir dans ce qui est en conformité avec le Qor’ân et la Sounnah du Prophète (sallallahu ’alayhi wa salam), et de ne pas demander le divorce à son mari si ce n’est pour une raison valable. Et s’il y a une raison valable, alors il n’y a pas de mal à cela. Par exemple : s’il est avare, ce qui va l’empêcher de donner à sa femme les droits qui lui sont dus, ou bien il commet beaucoup de péchés et d’acte de désobéissance, comme prendre de l’alcool ou de la drogue, ou encore il reste dehors toute la nuit, tout le temps, ou il rend la vie de sa femme très limitée (oppressante), ou d’autres raisons que celles-ci qui sont légitimes, alors c’est une excuse qui doit être considérée et honorée. Ou il est possible que se soit du fait que probablement elle déteste vraiment son époux et du fait qu’Allâh n’ait pas placé dans son cœur l’amour pour lui, et elle ne peut donc pas respecter ses devoirs envers lui en conséquence de cette haine qu’elle éprouve pour lui, alors il n’y a pas de mal à ce qu’elle demande de divorce. Ainsi, en retour, elle ne commettra pas de péché en ne lui donnant pas ses droits. Et si elle lui demande le divorce, alors elle devra lui rendre la dot qu’il lui a donnée pour l’épouser et ce qui lui a donné pour préparer le mariage.

Et si la raison du divorce est qu’elle le déteste alors on devra lui donner ce qu’il lui a donné comme dot et ce qu’il lui a donné comme cadeaux autre que la dot. Donc, si la raison pour laquelle elle demande le divorce est parce qu’il ne lui donne pas son droit ou s’il est avare envers ses besoins ou s’il reste toute la nuit dehors et qu’il ne rentre à la maison que très tard dans la nuit et qu’il est fatigué, ou qu’il sombre dans l’alcool ou les drogues, alors ces raisons sont des raisons légitimes à sa demande de divorce. Et si le mari refuse, alors elle devra le présenter devant le tribunal musulman afin qu’il puisse analyser cette affaire. Quand à celui qui ne prie pas, il n’est pas permis à la femme de rester avec lui car abandonner la prière est de la mécréance et le refuge est auprès d’Allâh. Car la prière est le pilier qui garde la religion bien droite, donc si le mari abandonne la prière alors cela devient une raison valable pour la femme de refuser d’être avec lui. Et il ne lui est pas permis de rester avec elle, jusqu’à ce qu’il se repente à Allâh de son abandon de la prière. [2]

Notes

[1Rapporté par Al-Bukhârî

[2Fatâwa Noûr ’ala ad-Darb du SHeikh Ibn BâZ, 3/1809-1810

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 • 2017©Copyright - Manhajulhaqq.com | TOUS DROITS RÉSERVÉS

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.