Manhajulhaqq.com

Accueil > Voie et Méthodologie > Innovations > Les tombes comme lieux de prières

Les tombes comme lieux de prières

SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh (Qu’Allâh le préserve)

dimanche 14 décembre 2014, par Ismaïl Ibn Hâdî

Version imprimable de cet article Version imprimable | Enregistrer au format PDF | Copyright

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Parmi les plus mauvais des gens, ceux que l’Heure atteindra de leur vivant, sont ceux qui prennent les tombes comme lieux de prières. » [Rapporté par Abû Hâtim dans son Sahîh]

Celui qui prend une tombe comme lieu de prière est maudit, de la malédiction du Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam), et lorsque cela est ainsi alors qu’il n’adore qu’Allâh – Djalla wa ‘Alâ, qu’en est-il de sa situation lorsqu’il adore l’occupant de cette tombe. Et c’est à Allâh que nous demandons le salut et le bien-être de tout ce qui est lié au polythéisme.

Médite cela, et vois ce qui s’est répandu dans les pays musulmans, les constructions autour des tombes, l’édification de dômes, la construction des lieux de visites, la vénération et l’orientation des gens vers ces lieux, la mention de longs récits au sujet des hauts faits de ces saints comme l’exaucement des invocations, et le secours apporté aux affligés. Tu te rendras alors compte de l’éloignement de l’Islâm, que ce soit de nos jours ou dans le passé. Que penser donc de ceux qui clament haut et fort : « Tout cela est permis ! Ceci n’est autre que du Tawhîd ! » ? Et que penser alors de ceux qui taxent d’ignorantes et accusent d’incompréhension les personnes leur interdisant ces pratiques ? Alors qu’elles ne font que les appeler à Allâh – Djalla wa ‘Alâ – mais eux les invitent à l’enfer. C’est à Allâh que nous demandons le salut et le bien-être. [1]

Notes

[1At-Tamhîd li-Charh Kitâb it-Tawhîd du SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh, p.255

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 • 2017©Copyright - Manhajulhaqq.com | TOUS DROITS RÉSERVÉS

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.