Manhajulhaqq.com

Accueil > Voie et Méthodologie > Le prêche pour Allâh > Le fait de prêcher le Tawhîd avant toute chose

Le fait de prêcher le Tawhîd avant toute chose

SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh (Qu’Allâh le préserve)

dimanche 26 juillet 2015, par Ismaïl Ibn Hâdî

Version imprimable de cet article Version imprimable | Enregistrer au format PDF | Copyright

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Le fait de prêcher pour Allâh – Djalla wa ‘Ala – n’est pas un acte ordinaire. Celui-ci constitue le meilleur des actes d’adoration, car l’ensemble des Gens de science considère que c’est le meilleur des actes d’adoration. Parmi ses bienfaits, il y a le fait que cela est considéré comme une lutte sur la Voie d’Allâh. Allâh – Ta’âla – dit : « N’obéis donc pas aux infidèles ; et avec ceci » c’est-à-dire le Qor’ân « lutte contre eux vigoureusement. » [1] Le combat par le Qor’ân, c’est-à-dire prêcher pour Allâh avec le Qor’ân et la Sounnah, c’est ce qu’explique le Qor’ân.

Le fait d’appeler à Allâh [ad-Da’wah] est un nom général qui englobe tous les moyens permettant de transmettre la religion de vérité aux gens, que ce soit par l’apprentissage, ou l’écrit, ou l’enseignement, en se rendant dans les campagnes et les villages, à travers les rencontres et les conférences, à travers les sites internet et les médias, ou autre moyen dans ce domaine. Tout moyen utilisé permettant de transmettre la religion de vérité aux gens, est considéré comme prêcher pour Allâh – Ta’âla. Sur cela, le combat dans ce domaine est que le musulman double d’effort de sorte que son prêche soit basé et conforme au Livre, à la Sounnah et sur la compréhension des anciens pieux prédécesseurs.

Parmi les bienfaits du prêche à Allâh, est qu’il est devenu le meilleur des actes d’adoration, car il bénéficie d’un bienfait multiple. Le but visé dans l’adoration consacrée est de vouer une adoration volontaire. Car en dehors de cela, cela devient un bénéfice mineur. C’est à l’exemple du fait de veiller la nuit, ou de beaucoup réciter le Qor’ân, cela vise un intérêt personnel. Mais lorsqu’il enseigne le Qor’ân, enseigne la Sounnah, qu’il les prêche à ce qu’Allâh leur a ordonné, et ce qui leur permet de se rapprocher d’Allâh, cela fait appel à un avantage multiple. C’est pourquoi Ibn al-Djawzî (rahimahullâh) a dit dans « Sayd ul-Khâtir » : « L’écriture et les ouvrages sont plus bénéfiques que l’enseignement (oral). Car l’enseignant touche un certain nombre parmi les étudiants, peut-être 40, ou 50 ou 100 personnes. Et lorsque ce dernier meurt, ce nombre s’estompe aussi sur la science acquise. Ensuite les étudiants enseignent ce qui a été appris aux autres et ainsi de suite. Ceci dit l’écriture et les ouvrages ont un impact plus bénéfique sur la communauté, et ne se limite pas à une génération de personnes, mais cela est plus bénéfique à un grand nombre d’entre eux. » Cela fait référence au fait que le bénéfice visé est celui qui touche le plus grand nombre, c’est le meilleur comme l’a rappelé Ibn Djawzî (rahimahullâh). [2]

La voie méthodologique dans le prêche du Livre et de la Sounnah laisse clairement apparaître le fait d’appeler à ce qui est essentiel. Comme dans le hadîth de Mou’âdh (radhiallâhu ‘anhu) lorsque le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) l’a envoyé au Yémen, il lui a dit : « Tu vas certes rencontrer un peuple qui appartient aux Gens du Livre. Commence donc par leur prêcher le témoignage de la foi : « Il n’y a pas d’autre divinité qu’Allâh » Tout comme dans le livre du Tawhîd dans Sahîh al-Buhkârî. Et dans les deux Sahîh, il dit : « Tu vas certes rencontrer un peuple qui appartient aux Gens du Livre. Commence donc par leur prêcher le témoignage de la foi : « Il n’y a pas d’autre divinité qu’Allâh et que je suis l’envoyé d’Allâh » - S’ils acceptent, alors enseigne-leur qu’Allâh leur a rendu obligatoire cinq prières de jour et nuit. Et s’ils acceptent cela de toi, enseigne-leur qu’Allâh leur a rendu obligatoire le versement de l’aumône prélevée sur les plus riches d’entre eux, pour la reverser aux plus pauvres. Et crains l’invocation de l’opprimé, car il n’y a pas de voile entre lui et Allâh. » Ce hadîth est clair comme preuve que le prêche doit avant tout commencer par le fait d’appeler à l’Unicité (Tawhîd) d’Allâh – Ta’âla – avant toute chose. Le fait d’appeler au Tawhîd consiste à appeler aux détails et à l’ensemble de ce qui constitue ses détails. Et entre dans cela le fait d’enseigner le Tawhîd authentique et de le propager par ses auteurs, les cassettes, et d’en expliquer cela aux gens en tout lieu ainsi que par les voies modernes, comme l’internet et les médias en ligne et autres. Cela est l’un des plus grands actes se rapprochant dans le suivi du Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam). [3]

Notes

[1Coran, 25/52

[2Ta-assil al-Manâhij ad-Da’awiyyah fî dhaw il-Kitâb was-Sounnah wa faham as-Salaf us-Sâlih du SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh, p.4-5

[3Ta-assil al-Manâhij ad-Da’awiyyah fî dhaw il-Kitâb was-Sounnah wa faham as-Salaf us-Sâlih du SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh, p.8

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 • 2017©Copyright - Manhajulhaqq.com | TOUS DROITS RÉSERVÉS

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.