Manhajulhaqq.com

Accueil > Jurisprudence > Oumra & Hadj > Faire le Hadj en étant endetté ou avec de l’argent prêté

Faire le Hadj en étant endetté ou avec de l’argent prêté

Règles & fondements

vendredi 5 septembre 2014, par Ismaïl Ibn Hâdî

Version imprimable de cet article Version imprimable | Enregistrer au format PDF | Pas de licence spécifique (droits par défaut)

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Lorsqu’un musulman veut accomplir l’obligation du Hadj alors qu’il a de l’argent qu’on lui a prêté, doit-il demander la permission aux prêteurs ou aux personnes auprès de qui il a une dette l’autorisation, ce qui lui permettait d’exécuter le Hadj ? Est-ce que son Hadj serait authentique ? Pour celui qui a des dettes, le Hadj est-il obligatoire ?

Si la situation est comme vous l’avez rappelée, concernant le fait que le ou les prêteurs l’excusent pour qu’il exécute le Hadj avant le remboursement de sa dette, il n’y a pas de mal en cela, à accomplir le Hadj avant de rembourser sa dette. Et il n’y a rien qui affecte l’authenticité du Hadj pour celui qui emprunte auprès d’eux dans une telle situation. [1]

Lorsque la personne a des dettes, et que celles-ci englobent l’ensemble de l’argent qu’elle possède, il n’est pas obligatoire pour cette personne de faire le Hadj. Certes Allâh - Ta’âla - a commandé le Hadj pour celui qui en a les capacités, Il - Ta’âla - a dit : « Et c’est un devoir envers Allâh pour les gens qui ont les moyens, d’aller faire le pèlerinage de la Maison. Et quiconque ne croit pas... Allâh Se passe largement des mondes. » [2] Ainsi, cette personne doit tout d’abord s’acquitter de ses dettes, puis si après cela, elle trouve la facilité [financière], elle peut partir faire le Hadj. Ceci dit, si les dettes sont inférieures à l’argent qu’elle possède, la personne doit payer ses dettes et faire le pèlerinage par la suite, en dehors du fait que cela soit obligatoire ou surérogatoire. Mais pour ce qui est de l’obligation, la personne se doit de se hâter pour cela. Et pour ce qui est [d’un acte] surérogatoire, cela est bon [si la personne se hâte à le faire], et c’est au bon vouloir de la personne [pour les actes surérogatoires], si elle souhaite ou pas [le faire], et si elle ne le fait pas, il n’y a pas de péché pour elle. [3]

Notes

[1Fatâwa al-Lajnah ad-Dâ-ima lil-Bouhouth al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 11/46-47

[2Coran, 3/97

[3Madjmou’ Fatâwa de SHeikh Ibn ’Uthaymîn, 21/81-82

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 • 2017©Copyright - Manhajulhaqq.com | TOUS DROITS RÉSERVÉS

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.