Manhajulhaqq.com

Accueil > Spiritualité > L’absence de crainte dans le rappel d’Allâh ou la prière

L’absence de crainte dans le rappel d’Allâh ou la prière

SHeikh Muhammad Ibn Sâlih al-‘Uthaymîn (rahimahullâh)

dimanche 27 septembre 2015, par Ismaïl Ibn Hâdî

Version imprimable de cet article Version imprimable | Enregistrer au format PDF | Copyright

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Lorsque le cœur ne craint pas dans le rappel d’Allâh ou dans la prière, cela est une preuve que le cœur est malade. Il est nécessaire que la personne soigne cette maladie par la multiplication du retour auprès d’Allâh – ‘Azza wa Djal - et le fait de l’invoquer – Subhânahu wa Ta’âla - la sincérité dans l’intention concernant les moyens utilisés contre la maladie, et la recherche de protection contre Satan le lapidé, qui cherche à s’interposer entre la personne et son adoration. Lorsque la personne souhaite qu’Allâh – ‘Azza wa Djal - adoucisse son cœur à Son rappel, et sur ce qui a été révélé de la vérité, qu’elle invoque Allâh – ‘Azza wa Djal - avec véracité et sincérité. Certes Allâh – Subhânahu wa Ta’âla – est proche et Il est Celui qui exhausse, Il exhausse les invocations de celui qui l’invoque, et celui-ci obtient sa demande.

Parmi les plus grandes causes de rectitude du cœur et de son bien-être, il y a la lecture du Qor’ân, qui est ce qui adoucit les cœurs et augmente sa fermeté. Et plus particulièrement lorsque la personne lit le Qor’ân et le médite ; lorsqu’elle lit le Qor’ân et sait sciemment que c’est la Parole d’Allâh – ‘Azza wa Djal ; lorsqu’elle le lit et qu’elle croit fermement à ses informations présentes ; lorsqu’elle le lit et met en application ses commandements et interdictions ordonnées. Elle espère ainsi l’obtention des nombreux bienfaits. [1]

Notes

[1Fatâwa Noûr ’ala ad-Darb du SHeikh Ibn ’Uthaymîn, 12/20

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 • 2017©Copyright - Manhajulhaqq.com | TOUS DROITS RÉSERVÉS

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.