Manhajulhaqq.com

Accueil > Mise en garde > Les fondements des Frères musulmans

Les fondements des Frères musulmans

SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh (Qu’Allâh le préserve)

lundi 16 novembre 2015, par Ismaïl Ibn Hâdî

Version imprimable de cet article Version imprimable | Enregistrer au format PDF | Copyright

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Quels sont les fondements sur lesquels se base le Groupe des frères musulmans ?

Pour ce qui est du groupe des frères musulmans, ce qui apparaît clairement de leur appel est la position d’ambiguïté, de secret, de changement [de position/de situation] et du rapprochement mesuré avec ceux dont ils pensent qu’ils vont tirer un certain bénéfice. Ils ne montrent pas leur vrai apparence, c’est-à-dire, qu’ils manifestent une forme d’appartenance sur certains aspects à la secte des « Bâtiniyyah » [qui cachent des secrets dans leur pratique]. La vérité les concernant n’apparaît pas clairement. Parmi eux, certains ont fréquenté les savants et mashâ-îkhs pendant un long temps, sans que l’on sache parfois [pendant ce temps] leur situation réelle. Ils disent des choses et en cachent d’autres, et ne disent pas tout ce qu’ils pensent.

Parmi les choses apparentes de leur voie et fondements, il y a le fait qu’ils endoctrinent ceux qui les suivent afin qu’ils n’écoutent pas ce qui peut contredire leur voie méthodologique et dogme de pensée ; pour cela, ils exploitent diverses méthodes, comme occuper les jeunes du matin au soir afin qu’ils n’entendent aucune autre parole que la leur, et ils mettent en garde contre ceux qui les quittent. S’ils voient quelqu’un qui connaît leur voie méthodologique et chemin, et qui souhaite les quitter, et avertir les jeunes contre le fait de les rejoindre dans ce sectarisme blâmable, ils mettent en garde contre lui de différentes manières, parfois en l’accusant, d’autre fois en mentant sur lui ou disant sur lui des choses qui ne sont pas vraies, conscients que cela constitue de leur part un mensonge. Parfois ils propagent parmi les gens une erreur commise [par cette personne] et l’amplifient afin d’empêcher les gens de suivre la vérité et la guidée. Sur ce point, ils ressemblent aux polythéistes dans certaines de leurs caractéristiques, qui propageaient un mensonge sur le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) en disant qu’il était un adorateur du feu et d’autres mensonges similaires, afin d’empêcher les gens de le suivre.

Parmi d’autres particularités propres aux frères musulmans, il y a le fait qu’ils ne respectent pas la Sounnah, comme ils n’aiment pas ceux qui la suivent, même si de manière générale, c’est une chose que l’on n’aperçoit pas d’eux. En vérité, ils n’aiment pas la Sounnah et n’invoquent pas pour les adeptes de la Sounnah. C’est une situation que nous avons vécue avec certaines personnes d’entres elles, ou certains proches encore parmi eux. Lorsqu’une personne commençait à lire les livres de la Sounnah, comme l’authentique d’Al-Bukhârî ou qu’elle assiste aux cours de certains savants pour étudier quelques ouvrages, ils mettent en garde contre cela et disent que cela n’apporte aucun bénéfice. Ils disent : « A quoi va te servir Sahîh Al-Bukhârî ? Et ces hadîths ? Regarde, quel est l’état de ces savants ? Ont-ils été utiles pour les musulmans ? Vois les musulmans dans telle et telle situation… » C’est-à-dire qu’entre eux, ils n’approuvent pas l’étude de la Sounnah et n’éprouvent pas d’amour pour les gens de la Sounnah, sans parler de la base même des fondements qui est la Croyance de manière générale.

Parmi leurs signes distinctifs, il y a le fait qu’ils essaient d’arriver au pouvoir, c’est pourquoi ils mettent à leur tête des gens qui peuvent leur permettre d’atteindre cet objectif, parfois des intellectuels, parfois des responsables. C’est-à-dire qu’ils se dévouent et s’aident les uns les autres pour arriver d’une manière ou d’une autre au pouvoir recherché. Il se peut aussi que celui qui les représente ne soit pas pleinement conscient des responsabilités, même s’ils n’ont qu’une partie du pouvoir, ils utilisent cela afin de l’influencer, ce qui implique nécessairement une prise de position partisane. Ce qui veut dire qu’ils rapprochent ceux qui font partie d’eux et éloignent ceux qui n’en font pas partie. Ils disent : « Il faut éloigner untel, il ne faut pas lui permettre de faire ceci, il ne faut pas lui permettre d’enseigner, il ne faut le laisser faire cela… Pourquoi ? Il y a des critiques sur lui ! Et quelles sont ces critiques ? Il ne fait pas partie des jeunes, il n’est pas parmi des frères » ou d’autres paroles encore similaires.

Auprès d’eux, l’amour et la haine sont en rapport avec le parti ou le groupe [des frères musulmans]. Cela, comme il a été rapporté dans le hadîth de Al-Hârith Al-Ach’arî, que le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Celui qui appelle de l’appel d’avant l’Islâm, est parmi les gens du feu ». Il dit : « Même s’il prie et jeûne ? » Il répondit : « Même s’il prie et jeûne, appelez de l’appel à Allâh par lequel Allâh vous a nommés musulmans, croyants, serviteurs d’Allâh. » [1] C’est un hadîth authentique. Aussi, comme il est rapporté dans le hadîth réputé, sur celui qui a appelé les Mouhâjirîn et l’autre les Ansâr, le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Est-ce l’appel d’avant l’Islâm auquel vous appelez. » Alors que ce sont deux noms légiférés « Al-Mouhâjir et Al-Ansâr ». Mais lorsque l’alliance, l’inimitié et le secours se sont faits au nom de ces deux noms et non plus au nom de l’Islâm, cet appel est devenu un appel préislamique. Il y a en eux [les frères musulmans] beaucoup de choses de l’époque préislamique. Ainsi les jeunes se doivent de faire attention, afin qu’ils soient guidés sur la voie des Gens de la Sounnah et du Groupe, et sur la voie des anciens pieux prédécesseurs [Salaf us-Sâlih]. Allâh – Ta’âla – a dit : « Appelle à la voie de ton Seigneur avec sagesse et bonne exhortation, et discute avec eux de la meilleure manière ». [2]

Parmi les caractéristiques qui les distinguent des autres, il y a le fait que le but de leur prêche est de contrôler le pays, c’est-à-dire, le gouvernement. Ceci est clair et apparent dans la voie méthodologique des frères musulmans et bien plus encore dans leurs prêches. Leur but est de contrôler le pays, et quant au fait de sauver les gens du châtiment d’Allâh – Djalla wa ‘Alâ, et la miséricorde dans le fait qu’ils ont été guidés, et de ce qui peut les préserver du châtiment de la tombe et du châtiment du feu, et de ce qui va les faire entrer au paradis, de ce qui peut les y rapprocher, c’est un sujet peu important, ils n’y donnent pas d’importance, ce n’est pas un grand sujet, et ce sur quoi ils se concentrent. Leur but est l’établissement d’un gouvernement, c’est pourquoi ils disent « que de parler sur les gouverneurs rassemble les gens, et que de parler sur les erreurs et les péchés divisent les gens. Donc il faut se consacrer à ce qui rassemble les cœurs. » Il n’y a pas de doute que cela est une erreur enracinée et d’une intention vicieuse. Le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) nous a expliqués que dans la tombe, l’homme sera interrogé sur trois questions : sur son Seigneur, c’est-à-dire, sur son adoration, sa religion et son Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam). Celui qui passe avec eux un long moment, voir des dizaines d’années, ou plus ou moins encore, Ce ne sera pas ce qui va le sauver lorsqu’il entrera dans la tombe. L’a-t-on bien conseillé ? A-t-on voulu le bien pour lui ? Ils ont uniquement voulu profiter d’eux afin d’atteindre leur objectif. S’ils aimaient vraiment les musulmans, ils les auraient conseillés sur ce qui les sauvera du châtiment de la tombe, ils leur auraient enseignés le Tawhîd qui est la première chose sur laquelle la personne sera interrogée. [3]

Notes

[1Rapporté par at-Tirmidhî et an-Nassâ-î

[2Coran, 16/125

[3Al-Adjwibat ul-Bouhoûth wal-Moudârissât ul-Mouchtamilat ‘alayhâ ad-Douroûss il-‘ilmiyyah - du SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh, 2/457-460

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 • 2016©Copyright - Manhajulhaqq.com | TOUS DROITS RÉSERVÉS

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.