Manhajulhaqq.com

Accueil > Jurisprudence > Choisir l’avis qui nous arrange

Choisir l’avis qui nous arrange

Ibn Qayyîm al-Djawziyyah (rahimahullâh)

samedi 23 janvier 2016, par Ismaïl Ibn Hâdî

Version imprimable de cet article Version imprimable | Enregistrer au format PDF | Copyright

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Il n’est pas permis au Mouftî de mettre en application les avis et les points de vue de son choix sans les examiner au préalable, et les comparer à d’autres avis avérés. Il ne faut pas qu’il se fie à leur attribution, à un imâm ou à leur extrait comme des points de vue soutenus par un groupe. Il ne faut pas qu’on s’appuie sur cela pour choisir illégalement et appliquer des avis et opinions. Car, agir ainsi en reviendrait à dresser sa propre volonté en norme utilisée pour trancher, ceci est interdit selon l’avis unanime de la Communauté.

C’est dans ce sens que le juge, Abu al-Walîd al-Bâdjî, avait raconté de l’un de ses contemporains, qui s’était déclaré Mouftî de manière illégitime et disait : « Ce que je puis faire pour mon ami qui a une affaire à juger ou une fatwa à expliquer, c’est de lui répondre à la lumière de l’avis qui lui convient le mieux. » Al-Bâdjî poursuit : « Un homme de confiance m’a informé qu’un incident lui arriva et un groupe de Mouftî lui donna en son absence un avis préjudiciable. Une fois de retour, il s’adressa ainsi aux Mouftî directement. Ils lui dirent : Nous ne savions pas que l’affaire te concernait. Puis ils lui donnèrent l’avis contraire qu’il favorisait. » Al-Bâdjî ajoute : « Il n’y a pas de divergence entre les musulmans sur l’abrogation d’un consensus déclarant qu’un tel comportement n’est pas permis. » Mâlik (rahimahullâh) a dit à propos de la divergence de points de vues qui opposait les compagnons (radhiallâhu ‘anhum) : « Les uns avaient raison et les autres avaient tort. Fais un effort d’interprétation. »

En résumé, il n’est pas permis de pratiquer ni de donner un avis dans la religion d’Allâh qui soit de manière singulière (à titre d’avantage) et injustifié. Il n’est pas permis non plus de ne retenir, de n’appliquer et de transmettre que l’avis qui nous convient ou convient à notre partisan, et qui lui sert de référence dans ses jugements, tout en appliquant le contraire à son opposant. C’est la plus grave des perversités et parmi les grands péchés. Et c’est auprès d’Allâh que nous recherchons le secours. [1]

Notes

[1I’lâm al-Mouwaqi’în ’an Rabb il-’Âlamîn de Ibn al-Qayyîm, 5/124-125

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 • 2016©Copyright - Manhajulhaqq.com | TOUS DROITS RÉSERVÉS

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.