Manhajulhaqq.com

Accueil > Science du Coran > Commentaire du Coran > « Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment (...)

« Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment »

Règles & fondements

dimanche 10 avril 2016, par Ismaïl Ibn Hâdî

Version imprimable de cet article Version imprimable | Enregistrer au format PDF | Copyright

BismiLlehi art-Rahmâni ar-Rahîm

Allâh – Ta’âla – dit : « Dis : « Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez pas de la miséricorde d’Allah. Car Allâh pardonne tous les péchés. Oui, c’est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux ». » [1]

Ce noble verset est une invitation à tous les pécheurs parmi les mécréants et les autres afin qu’ils se repentent et reviennent à Allâh. C’est aussi l’information qu’Allâh pardonne tous les péchés de celui qui s’en repent et les abandonne, quelle que soit l’ampleur de ses péchés, dussent-ils être comme l’écume de mer. Ces péchés ne peuvent être pardonnés sans repentir, car le polythéisme ne peut être pardonné à celui qui ne s’en repent pas. [2]

Allâh – Ta’âla – informe Ses adorateurs qui commettent des excès à leur propre détriment, de l’ampleur de Sa miséricorde en les incitant à revenir vers Lui avant que cela ne soit trop tard. Cependant, il y a des conditions pour obtenir Son pardon et Sa compassion et si quelqu’un n’arrive pas à réunir ces causes, il aura fermé devant lui les portes de la compassion et du pardon. La plus grande et la plus importante de ces portes, qui constitue sa base essentielle, est le retour à Allâh par le repentir sincère, l’invocation, les supplications et l’adoration. Optons donc pour cette cause magistrale et suivons cette voie splendide. [3]

Aucun péché n’est trop grave pour être pardonné par Allâh à celui qui s’en repent. Plus encore, Il pardonne le polythéisme et d’autres péchés aux repentis. A ce sujet, Allâh – Ta’âla - dit : « Dis : « Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez pas de la miséricorde d’Allah. Car Allâh pardonne tous les péchés. Oui, c’est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux ». » [4]. Ce verset est général et concerne tous les repentis. [5]

S’empresser de se repentir des péchés est une obligation qu’il n’est pas permis de retarder. Celui qui le retarde commet un acte de désobéissance vis-à-vis d’Allâh. S’il se repent d’un péché, il lui restera à se repentir d’un autre consistant à avoir retardé son repentir. Ceci vient rarement à l’esprit de celui qui veut se repentir. Bien plus, il croit que dès qu’il se repent d’un péché, il en est libéré. Or il doit se repentir d’avoir retardé le repentir. Seul un repentir général portant sur les péchés connus et les péchés méconnus peut permettre à l’adorateur de sortir de cette situation. En effet, les péchés que le croyant ne connait pas sont plus nombreux que ceux qu’il connait. Le fait de les ignorer ne l’en décharge pas, si tant est qu’il est en mesure de les connaître. Car il reste en état de désobéissance à Allâh du fait de son abandon de la recherche du savoir et de son application. Sa désobéissance envers Allâh est donc plus grave que celle des autres.

Dans le Sahîh de Ibn Hibbân, le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Le polythéisme dans cette communauté est encore plus imperceptible que les pas d’une fourmi. » – Abû Bakr dit : « Comment en échapper ? » - Il dit : « C’est en disant : Ô Allâh ! Je te demande de me protéger contre le fait de te donner un associé sciemment, et je Te demande de me pardonner ce que je fais sans le savoir. » [6] Voilà une demande de pardon portant sur des choses qu’Allâh connait et que l’adorateur ignore.

Dans le Sahîh, le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) disait au cours de sa prière : « Ô Allâh ! Pardonne moi ma faute et les actes que je commets par ignorance, les excès dans lesquels je verse dans mes affaires, ce que Tu sais mieux que moi. Ô Allâh ! Pardonne moi ce que j’ai déjà fait et ce que je vais faire, les actes secrets et les actes publics, notamment ce que Tu sais mieux que moi. Tu es mon Seigneur ! Il n’ y pas de divinité en dehors de Toi. » On trouve dans un autre hadîth : « Ô Allâh ! Pardonne moi tous mes péchés, les subtils comme les évidents, ce qui est commis par erreur comme ce qui est commis délibérément, ce qui est caché comme ce qui est manifeste, les premiers comme les derniers. » Cette généralisation et cette globalisation s’appliquent aux péchés du croyant, connus ou pas. [7]

P.-S.

Notes

[1Coran, 39/53

[2Tafsîr ul-Qor’ân al-’Adhîm de Ibn Kathîr, 6/106

[3Tayssîr ul-Karîm al-Rahmân fî Tafsîr kallâmi al-Manân du SHeikh Ibn Sa’dî, p.859

[4Coran, 39/53

[5Madjmou’ al-Fatâwa de Ibn Taymiyyah, 2/358

[6Rapporté par al-Bukhârî

[7Madâradj as-Sâlikîn bayna Manâzil Iyâka na’boudou wa Iyâka nassta’în de Ibn al-Qayyîm, 1/488-489

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 • 2017©Copyright - Manhajulhaqq.com | TOUS DROITS RÉSERVÉS

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.