Manhajulhaqq.com

Accueil > Science du Coran > Celui qui récite le Coran sans le comprendre est-il récompensé pour cela (...)

Celui qui récite le Coran sans le comprendre est-il récompensé pour cela ?

SHeikh Muhammad Ibn Sâlih al-‘Uthaymîn (rahimahullâh)

lundi 18 avril 2016, par Ismaïl Ibn Hâdî

Version imprimable de cet article Version imprimable | Enregistrer au format PDF | Copyright

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Celui qui récite le Coran sans le comprendre est-il récompensé pour cela ?

Le Noble Qor’ân est béni, comme Allâh – Ta’âla – le dit : « [Voici] un Livre béni que Nous avons fait descendre vers toi, afin qu’ils méditent sur ses versets et que les doués d’intelligence réfléchissent. » [1]. Celui qui le récite en sera récompensé, qu’il comprenne ce qu’il récite ou qu’il ne le comprenne pas. Toutefois, il ne convient pas que le croyant se contente de lire un livre dont il doit appliquer le contenu sans le comprendre. Si on voulait apprendre la médecine, par exemple, et utiliser des livres de médecine, on ne pourrait pas en tirer profit sans en saisir le sens bien détaillé. Bien au contraire, on ferait tout pour comprendre en vue de la pratique. Que dire alors du livre d’Allâh – Subhânahu wa Ta’âla - qui est un remède pour les cœurs et une source de méditation pour les humains. Comment pourrait-on se contenter de le lire sans le méditer et sans en comprendre son sens. Les compagnons (radhiallâhu ‘anhum) ne mémorisaient pas dix versets avant d’apprendre à les comprendre et à les appliquer. C’est ainsi qu’ils ont appris à mémoriser, à comprendre et à appliquer le Qor’ân à la fois.

On est bien récompensé pour la lecture du Qor’ân, qu’on le comprenne ou qu’on ne le comprenne pas. Il est demandé de s’efforcer et d’agir en conséquence afin d’arriver à sa compréhension. On doit bien veiller à en comprendre le sens grâce à l’explication des savants authentiques, grâce à leur savoir et leur intégrité. Si on n’a pas à sa disposition un savant capable d’expliquer le sens exact, on utilise les ouvrages d’exégèse sûrs tels que les commentaires de Ibn Djarîr, Ibn Kathîr et d’autres commentaires du Qor’ân avérés sur les traditions rapportées des compagnons et leurs successeurs (radhiallâhu ‘anhum). [2]

Notes

[1Coran, 38/29

[2Fatâwa Noûr ’ala ad-Darb du SHeikh Ibn ’Uthaymîn, 2/199-200

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 • 2017©Copyright - Manhajulhaqq.com | TOUS DROITS RÉSERVÉS

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.