Manhajulhaqq.com

Accueil > Jurisprudence > La prière > L’invocation liée à ce bas-monde dans la prière

L’invocation liée à ce bas-monde dans la prière

SHeikh Sâlih Âl-SHeikh (Qu’Allâh le préserve)

samedi 18 juin 2016, par Ismaïl Ibn Hâdî

Version imprimable de cet article Version imprimable | Enregistrer au format PDF | Copyright

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

L’invocation dans la prière liée aux intérêts de ce bas-monde ne doit pas être faite si ce n’est avant la salutation finale. On ne doit pas invoquer sur les sujets mondains en situation de génuflexion, ou de prosternation, ou entre les deux prosternations. Les invocations liées aux sujets mondains doivent se faire avant la salutation. Car certes le principe de base dans la prière, c’est que l’invocation à travers celle-ci n’est que dans le cadre des demandes liées à l’au-delà.

Cependant, ce qui est entendu à travers la base de la Parole du Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam), c’est que l’invocation avant la salutation se fait après avoir réalisé le Tachahoud et la prière sur le Prophète. Il dit : « Qu’il demande ce qu’il aime à dire. » [1], et dans une autre version : « Qu’il demande ce qui lui plaît. » [2] Sur cette base, il est autorisé d’agir ainsi en invoquant (sur les sujets mondains) avant la salutation. La base de la prière concerne les demandes pour l’au-delà, et non les demandes mondaines. [3]

Notes

[1Rapporté par al-Bukhârî

[2Rapporté par Muslim

[3Al-Adjwibat ul-Bouhoûth wal-Moudârissât ul-Mouchtamilat ‘alayhâ ad-Douroûss il-‘ilmiyyah du SHeikh Sâlih Âl-SHeikh, 3/278

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 • 2017©Copyright - Manhajulhaqq.com | TOUS DROITS RÉSERVÉS

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.