Manhajulhaqq.com

Accueil > Jurisprudence > Règles funéraires > L’avis concernant la visite des tombes par les femmes

L’avis concernant la visite des tombes par les femmes

Règles & fondements

dimanche 16 août 2015, par Ismaïl Ibn Hâdî

Version imprimable de cet article Version imprimable | Enregistrer au format PDF | Copyright

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

SHeikh Muhammad Ibn Sâlih al-’Uthaymîn (rahimahullâh) a dit que la visite des tombes par les femmes est interdite. Car le Prophète (sallallahu ’alayhi wa salam) à maudit celle qui visite les tombes ; et la malédiction met fin à la miséricorde, et elle éloigne la personne de la miséricorde d’Allâh. Il n’y a pas de malédiction en une chose, si celle-ci ne fait pas partie des grands péchés, et ceci sont les dires des savants. Tout péché qui mérite malédiction fait partie des grands péchés.

Et en ce qui concernent la visite de la tombe du Prophète (sallallahu ’alayhi wa salam) par les femmes, certains savant sont d’avis qu’il n’a pas de mal en cela, car la visite de la tombe du Prophète n’est pas vraiment une réelle visite. Car le tombeau est encerclé de mur, et même si elle se mettait devant, elle ne pourrait pas y accéder, car entre elle et la tombe, comme l’a dit Ibn al-Qayyîm, il y a trois murs qui encercle [la tombe]. Donc entre cette femme et la tombe, il y a le mur qui fait obstacle, et ce n’est donc pas comme celle qui se tienne devant une tombe sans pour que cela, il n’y ai rien qui la sépare de la tombe. C’est pour cette raison que certains savants ont fait exception de cette visite. Ils ont dit que véritablement que cela n’est pas identique car la femme n’est pas en contact avec la tombe. Aussi, il n’y a aucun doute que la précaution est meilleure dans ce cas là, et donc meilleur qu’elle ne visite pas la tombe.

Et nous disons à la femme, que si elle passe le « Salam » au Prophète (sallallahu ’alayhi wa salam), se « salam » lui parvient, Et le Prophète (sallallahu ’alayhi wa salam) a dit : « Augmenter les prières sur moi, car certes vos prières me parviennent ». Et si elle est loin du tombeaux et qu’elle salue le Prophète (sallallahu ’alayhi wa salam) son salue lui parvient, et ceci lui est plus facile, et qu’elle sache que le bien ne lui est pas interdit, et qu’elle a un jardin qu’elle peut visiter, car le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit : « Ce qui se trouve entre ma maison et mon Minbar, est un jardin parmi les jardins du paradis. » Et ceci englobe les hommes et les femmes. » Ce que je vois de la visite de la tombe du Prophète (sallallahu ’alayhi wa salam) par les femmes, comme tout autre visites [des tombes] est qu’il n’est pas permis à la femme de visiter la tombe du Prophète (sallallahu ’alayhi wa salam), tout comme elle ne lui est permis de visiter les autres tombes, et ceci sur la base du hadîth qui dit : « Le Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa salam) a maudit celles qui visitent régulièrement les tombes... ». [1]

SHeikh ’Abdel-’Azîz Ibn ’Abdullâh Ibn BâZ (Rahimahullâh) dit qu’il est vrai que la visite des tombes par les femmes n’est pas permise sur la base du hadîth précités [2]. Il est encore rapporté de façon sûre que le Prophète (sallallahu ’alayhi wa salam) a maudit les visiteurs de tombes. Les femmes doivent alors s’abstenir de visiter les tombes. Celle qui a déjà visité une tombe par ignorance n’encourt rien, mais elle ne doit pas recommencer. Si elle le fait, elle devra procéder au repentir et à la demande de pardon, car le repentir efface ce qui le précède. La visite [des tombes] est exclusivement réservée aux hommes en vertu des propos du Prophète (sallallahu ’alayhi wa salam) : « Visitez les tombes, car elles vous rappellent la vie future ». Au début [de l’Islâm], la visite des tombes était interdite aussi bien aux hommes qu’aux femmes parce que les musulmans venaient à peine d’abandonner le culte des morts et de rompre leur attachement à ces derniers. D’où l’interdiction qui leur fut faite de visiter les tombes pour écarter tout prétexte pouvant entraîner le mal et éliminer toute source de polythéisme.

Quand l’Islâm fut consolidé et que les gens en ont eu une bonne connaissance, Allâh - Ta’âla - a institué la visite aux tombes compte tenu de ce qu’elle inspire en fait de leçons, de rappel de la mort et de la vie future et de prières pour les morts et de sollicitation de la miséricorde à leur profit. Par la suite, Allâh a interdit aux femmes d’effectuer cette visite selon l’avis le plus juste des deux avis émis par les savants. Elles peuvent à leur tour s’infliger une épreuve à cause de la faiblesse de leur capacité d’endurance et de la fréquence de tristesse chez elles. C’est donc pour leur manifester Sa miséricorde et Sa bienfaisance divines qu’Allâh leur a interdit la visite aux tombes. Cette interdiction s’applique dans la mesure où la rencontre de tous [hommes et femmes] auprès des tombes est susceptible de provoquer la tentation. C’est donc par miséricorde qu’Allâh leur a interdit la visite aux tombes.

Quant à la prière pour les morts, il n’y a aucun mal à l’effectuer. La femme peut bien y participer, car l’interdiction se limite à la visite des tombes, selon le plus juste des deux avis émis par les savants à cet égard, compte tenu des hadîth allant dans ce sens. Mais aucune expiation n’est prévue en cas de violation de l’interdiction. Elle doit se contenter du repentir. [3]

SHeikh Muhammad Nâcir ul-Dîn al-Albânî (Rahimahullâh) dit que la visite des tombes est permise pour servir d’avertissement et comme moyen de rappel de l’au-delà, à condition de ne pas y dire ce qui provoque la colère d’Allâh - Subhânahu wa Ta’âla - comme l’invocation auprès de la tombe [pour la personne enterrée], y chercher le secours auprès d’elle en dehors d’Allâh - Subhânahu wa Ta’âla - ou bien la vanter, lui en assurer le paradis [djannah] et toute autre chose s’y rapprochant. Les femmes sont sur le même pied d’égalité en ce qui concerne les prescriptions de la visite des tombes. Il ne leur est cependant pas permis d’en abuser dans la visite des tombes, ni de les fréquenter régulièrement, parce que cela peut les amener à enfreindre la loi divine, comme le fait de crier, l’exhibition, le fait de faire des tombes des lieux de promenade et de perdre son temps dans les paroles futiles comme l’on y assiste aujourd’hui dans certains pays musulmans. Cela est - Si Allâh le veut - le sens du hadîth connu : « Le Messager a maudit [selon une autre version du hadîth : Allâh a maudit] celles qui visitent régulièrement les tombes. » [4]

Al-Qourtubî (rahimahullâh) a dit : La malédiction citée dans ce hadîth s’adresse à celles qui exagèrent dans la visite, comme l’implique la forme extrême. La raison en est peut-être ce à quoi cela amène en tant que délaissement du droit de l’époux et exhibition, ainsi que les cris et autres qui apparaissent. On peut dire aussi si l’on est à l’abri de tout cela, il n’y a pas d’empêchement au fait de le leur autorisé, parce que les hommes ainsi que les femmes ont besoin de se rappeler la mort. [5]

Notes

[1Madjmou’ Fatâwa de SHeikh Ibn Uthaymîn, 17/315-317

[2C.a.d, le hadîth où le Prophète interdit que les femmes visites les tombes

[3Madjmou’ Fatâwa de SHeikh Ibn BâZ, 9/282

[4Rapporté par at-Tirmidhî, Ibn Mâdja, Ibn Hibbân et d’autres.

[5Ahkâm ul-Djanâ-îz wa Bida’uhâ du SHeikh al-Albânî, p.227-235-238

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 • 2017©Copyright - Manhajulhaqq.com | TOUS DROITS RÉSERVÉS

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.