Manhajulhaqq.com

Accueil > Science du Coran > Commentaire du Coran > « Et par les dix nuits »

« Et par les dix nuits »

Commentaire du Coran

vendredi 9 septembre 2016, par Ismaïl Ibn Hâdî

Version imprimable de cet article Version imprimable | Enregistrer au format PDF | Copyright

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Allâh – Ta’âla – dit : « Et par les dix nuits » [1]

Quant aux dix nuits, il s’agit des dix premières nuits du mois de Dhoul-Hijja, comme l’ont dit Ibn ‘Abbâs, Ibn Zoubeir, Moudjâhid et plus d’un des anciens pieux et contemporains. Il a été rapporté dans le Sahîh al-Bukhârî que le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Il n’y a pas de jours où les bonnes œuvres sont agréables à Allâh, comme ces jours-ci. » C’est-à-dire, les dix jours de Dhoul-Hijja. Ils dirent : « Même le Djihâd dans la voie d’Allâh ? » Il répondit : « Même le Djihâd sur la voie d’Allâh, sauf pour un homme qui part faire le Djihâd avec sa personne et ses biens sans revenir ni avec sa personne, ni ses biens. » Il est dit aussi que cela fait référence aux dix jours du mois de Mouharram, comme l’a dit Abû Dja’far Ibn Djarîr mais il ne l’a attribué à personne. Selon Ibn ‘Abbâs, il s’agit des 10 premiers jours de Ramadhân. Mais l’avis le plus juste est le premier. [2]

Ce sont les dix nuits de Ramadhân vraisemblablement ou les dix nuits du mois de Dhoul-Hijja, car ces nuits servent à des actes d’adoration et de dévotion qu’on ne trouve pas dans les autres jours. Par ailleurs, dans les dix dernières nuits de Ramadhân on trouve la nuit du mérite, qui est meilleure que mille mois. Quant à leurs journées, elles sont consacrées au jeûne. En outre, dans les dix jours du mois de Dhoul-Hijja il y a la station de ‘Arafat durant laquelle Allâh pardonne à Ses serviteurs d’un pardon qui attriste Satan. En effet, jamais Satan ne s’humilie et ne s’avilit comme il le fait durant la station de ‘Arafat, en voyant les effets de la miséricorde d’Allâh et Ses bénédictions descendre sur Ses serviteurs et en voyant combien les rites du pèlerinage et de la ‘Oumar y sont accomplis. Ce sont là des choses grandioses qui méritent qu’Allâh jure par elles. [3]

La langue arabe est large de sens, ainsi il est entendu par « les dix nuits » les jours, comme il est entendu par les jours les nuits. C’est ainsi qu’il est dit que les dix nuits correspondent au dix dernières nuits de Ramadhân. Les premiers disent que les dix nuits de Dhoul-Hijja sont les meilleurs des jours, et sur la base du hadîth : « Il n’y a pas de jours où les bonnes œuvres sont agréables à Allâh, comme ces jours-ci. » Alors que ceux qui voient que les dix nuits sont les dix dernières nuits de Ramadhân, soutiennent que ce qui fait référence dans le verset, ce sont les nuits, et non les jours. Et que dans les dix dernières nuits de Ramadhân, il y a la nuit du mérite dans laquelle Allâh – Ta’âla – a dit : « La nuit d’Al-Qadr est meilleure que mille mois. » [4] Et : « Nous l’avons fait descendre en une nuit bénie, Nous sommes en vérité Celui qui avertit, durant laquelle est décidé tout ordre sage. » [5] Cet avis est prédominant par rapport au premier, alors que le premier avis est celui de la majorité. Mais il ne va pas dans le sens du dire de la majorité, et la prédominance du deuxième avis est que ce sont les dix dernières nuits de Ramadhân, qu’Allâh a juré par cela et son rang, où se trouve la nuit du mérite, et par lesquelles les musulmans terminent le Ramadhân et son temps obligatoire, qui constitue une des obligations de l’Islâm et un pilier de l’Islâm. C’est pourquoi Allâh a juré par ces dix nuits. [6]

Notes

[1Coran, 12/108

[2Tafsîr ul-Qor’ân al-’Adhîm de Ibn Kathîr, 7/390-391

[3Tayssîr ul-Karîm al-Rahmân fî Tafsîr kallâmi al-Manân du SHeikh Ibn Sa’dî, p.1089

[4Coran, 97/3

[5Coran, 44/3-4

[6Tafsîr al-Qor’ân il-Karîm Djouz ’Amma du SHeikh Ibn ’Uthaymîn, p.192-193

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 • 2017©Copyright - Manhajulhaqq.com | TOUS DROITS RÉSERVÉS

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.