Manhajulhaqq.com

Accueil > Ascétisme > La demeure élevée de l’ascétisme de nos anciens pieux

La demeure élevée de l’ascétisme de nos anciens pieux

Ibn al-Qayyîm al-Djawziyyah (rahimahullâh)

mercredi 16 octobre 2013, par Ismaïl Ibn Hâdî

Version imprimable de cet article Version imprimable | Enregistrer au format PDF | Copyright

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

J’ai entendu SHeikh al-Islâm Ibn Taymiyyah (rahimahullâh) dire : « L’ascétisme [az-Zouhd] est le délaissement de ce qui est inutile dans l’au-delà. Et la crainte scrupuleuse [al-Wara’] : C’est le fait de délaisser ce qui peu causer du tort dans l’au-delà. Et cette définition est un des meilleurs dire sur l’ascétisme [az-Zouhd] et de la crainte scrupuleuse [al-Wara’] »

Sufyân al-Thawrî a dit : « L’ascétisme dans ce bas-monde c’est la diminution des aspirations, et non pas manger des nourritures peu agréables ou mettre des habits primitifs. »

Al-Djounayd a dit : « J’ai entendu Sarân dire : Certes Allâh a éloigné le bas-monde de Ses amis [Awliyâ], l’a chassé auprès de Ses élus et l’a soufflé des cœurs de ceux qui l’aiment parce qu’Il ne l’a pas voulu pour eux. »

Le Qor’ân est plein de passages qui appellent au délaissement de ce bas-monde, et qui accentuent sur son côté éphémère et illusoire, tout en mettant l’accent sur les mérites de l’au-delà et sur son éternité. Et quand Allâh veut du bien pour Son adorateur, Il place dans son cœur un témoin grâce auquel il constate la réalité du bas-monde et de l’au-delà.

Certes beaucoup de personnes ont expliqué « az-Zouhd » [l’ascétisme] comme étant lié aux plaisirs du bas-monde. J’ai entendu SHeikh al-Islâm Ibn Taymiyyah (rahimahullâh) dire : « L’ascétisme est le délaissement de ce qui est inutile dans l’au-delà. Et la crainte scrupuleuse : C’est le fait de délaisser ce qui peut causer du tort dans l’au-delà. » Et cette définition est un des meilleurs dires sur l’ascétisme et sur la crainte scrupuleuse. Soufyân al-Thawrî a dit : « L’ascétisme dans ce bas-monde c’est la diminution des aspirations, et non pas manger des nourritures peu agréables ou mettre des habits primitifs. » Al-Djounayd a dit : « J’ai entendu Sarân dire : Certes Allâh a éloigné le bas-monde de Ses amis, l’a chassé auprès de Ses élus et l’a soufflé des cœurs de ceux qui l’aiment parce qu’Il ne l’a pas voulu pour eux. » Yahya Ibn Mou’âdh a dit : « L’ascétisme procure la volonté de sacrifier la domination, et l’amour procure la volonté de sacrifier l’âme. »

Ibn al-Djalâ a dit : « L’ascétisme c’est le fait de voir ce bas-monde avec l’oeil de l’éloignement : il devient infime à tes yeux, et tu peux ainsi facilement t’en détourner. » Ibn Khafîf a dit : « L’ascétisme c’est le fait de se sentir léger en quittant toute volonté de domination et de supériorité. » Il dit aussi : « C’est [l’ascétisme] le détournement du cœur par rapport au bas-monde sans attachement aucun ! » Al-Djounayd a dit : « L’ascétisme c’est que le cœur soit vide de ce qui ne se trouve pas dans la main. » L’imâm Ahmad a dit : « L’ascétisme dans ce bas-monde c’est la diminution de l’espérance. » Un homme interrogea l’Imâm Ahmad sur une personne qui avait 1000 dinârs, est-ce qu’il peut-être un ascète ? - L’imâm Ahmad répondit : « Oui c’est possible. Et la condition est qu’il ne se réjouisse pas lorsque cela [cet argent] augmente, et qu’il ne s’attriste pas lorsque cela diminue. » ’Abdullâh Ibn Moubârak a dit : « C’est [l’ascétisme] la confiance en Allâh avec l’amour de la pauvreté. » ’Abd al-Wâhid Ibn Zayd a dit : « Az-Zouhd : C’est l’ascétisme dans les Dinârs et les Dirhams. »

Abû Soulaymân al-Dârânî a dit : « C’est [l’ascétisme] le fait de délaisser ce qui t’empèche de t’occuper d’Allâh. » Et ceci est un dire [aussi] de ach-Chabalî. Rouwayn a interrogé al-Djounayd sur l’ascétisme ? Il répondit : « C’est mépriser ce bas-monde et effacer ses traces dans son cœur. » Yahya Ibn Mou’âdh a dit : « Nul n’atteindra le véritable ascétisme s’il ne possède pas trois qualités : Des actions sans attache [à ce bas-monde], des paroles sans convoitise, et une célébrité sans domination. » Il est dit : « Le véritable ascétisme c’est dans l’âme. » Un homme a dit à Yahya Ibn Mou’âdh : « Quand pourrais-je entrer dans l’enceinte du « Tawakkoul » [dans le fait de s’en remettre à Allâh Seul], mettre l’habit des ascètes, et de m’installer avec eux ? » Il répondit : « Quand au terme de la correction de ton âme tu atteins un degré tel que si Allâh te prive des subsistances pendant trois jours, ton âme ne faiblit pas. Si tu n’atteins pas ce degré le fait que tu cherches à t’installer sur le tapis des ascètes c’est de la pure ignorance de ta part. De plus, je n’ai aucune garantie que tu ne sois pas mis à nu. »

L’imâm Ahmad Ibn Hanbal a dit : L’ascétisme comporte trois aspects :

- Le premier : C’est d’abandonner l’illicite, et c’est l’ascétisme les gens du commun.

- Le deuxième : C’est d’abandonner le surplus en matière de licite, et c’est l’ascétisme des élus.

- Le troisième : C’est d’abandonner ce qui détourne d’Allâh, et c’est l’ascétisme des gens [savants] des sciences spirituelles.

Ces propos de l’Imâm Ahmad résument l’ensemble des avis précédents des Mashâ-ikhs [savants], en constituant les mots-clés en la matière. Ceci est la preuve qu’il (radhiallâhu ’anhu) est versé dans une science profonde. Certes ach-Châfi’î (rahimahullâh) a reconnu son ample savoir dans huit domaines, et notamment dans l’ascétisme. L’ensemble des gens [savants] des sciences spirituelles disent que : « az-Zouhd », c’est le voyage du cœur de la nation de ce bas-monde, à la demeure de l’au-delà. C’est dans cet esprit que ceux qui nous ont précédé ont écrit des livres sur l’ascétisme : Comme l’ascétisme de ’Abdullâh Ibn Moubârak, de l’Imâm Ahmad, de al-Wakî’, de Hinâd Ibn al-Sarâ, et d’autres encore. [1]

Notes

[1Madâradj as-Sâlikîn bayna Manâzil Iyâka na’budu wa Iyâka nassta’în de l’Imâm Ibn al-Qayyîm, 2/178-182

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 • 2017©Copyright - Manhajulhaqq.com | TOUS DROITS RÉSERVÉS

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.