Manhajulhaqq.com

Accueil > Fatwas > Peut-on dire que le travail est une adoration ?

Peut-on dire que le travail est une adoration ?

SHeikh Muhammad Ibn Sâlih al-‘Uthaymîn (rahimahullâh)

samedi 3 décembre 2016, par Ismaïl Ibn Hâdî

Version imprimable de cet article Version imprimable | Enregistrer au format PDF | Copyright

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Il n’est pas correct de dire que le travail est une adoration, sauf si l’on entend par là que ces œuvres sont des actes d’adoration d’Allâh à proprement parler. Il n’y a donc pas de doute sur cela. Mais le travail dans un but mondain n’est pas un acte d’adoration en soi, en dehors de ce qui est demandé d’un point de vue légiféré, comme le fait par exemple d’œuvrer pour s’empêcher soi-même et sa famille de demander aux gens, et de distribuer ce qu’Allâh – ‘Azza wa Djal - a donné. Cela comme dans le hadîth où le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Celui qui s’occupe de la veuve et du pauvre, est comme le combattant dans le sentier d’Allâh ou comme celui qui prie la nuit et jeûne le jour. » [1]

Le travail mondain dépend de l’intention de son auteur. S’il recherche à travers cela le bien, il bénéficie du bien. Mais s’il désire autre chose à travers cela, il aura ce pourquoi son intention est faite. Le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Les actions ne valent que par leurs intentions et chacun n’aura que ce qu’il a eu comme intention. » [2] [3]

Notes

[1Rapporté par al-Bukhârî

[2Rapporté par al-Bukhârî et Muslim

[3Fatâwa Noûr ’ala ad-Darb du SHeikh Ibn ’Uthaymîn, 10/318

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 • 2016©Copyright - Manhajulhaqq.com | TOUS DROITS RÉSERVÉS

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.