Manhajulhaqq.com

Accueil > Science du Coran > Quand a débuté le commentaire du Qor’ân dans l’histoire ? Et de quelle manière (...)

Quand a débuté le commentaire du Qor’ân dans l’histoire ? Et de quelle manière ?

SHeikh Sâlih Âl-SHeikh (Qu’Allâh le préserve)

dimanche 1er janvier 2017, par Ismaïl Ibn Hâdî

Version imprimable de cet article Version imprimable | Enregistrer au format PDF | Copyright

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Quand a débuté le commentaire du Qor’ân et de quelle manière ?

Le terme « Tafsîr » fait référence à l’exégèse du Qor’ân. Il n’y a pas de doute sur le fait que le commentaire a débuté après la révélation du Qor’ân. Le Qor’ân a été révélé, et Allâh l’a révélé en langue arabe claire, dans le sens où il a été révélé en cette langue pour être compris : « Et vers toi, Nous avons fait descendre le Coran, pour que tu exposes clairement aux gens » [1] Les Compagnons étaient des gens qui comprenaient l’arabe littéraire, et ils comprenaient n’importe lequel des versets du Qor’ân. Car ils étaient des gens issus de la langue arabe, et le Qor’ân a été révélé en cette langue.

À l’époque du Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam), les Compagnons n’interrogeaient pas le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) sur un quelconque sens du verset du Qor’ân. Peu d’entre eux avaient besoin de les commenter, et beaucoup d’entre eux les comprenaient linguistiquement. Cela a beaucoup été commenté après les Compagnons, car à leur époque, ils n’avaient pas ce besoin, mais c’est plutôt leurs successeurs qui en ont trouvé la nécessité, et ceux venus après les successeurs, qui en ont encore ressenti un besoin plus important, et ainsi de suite en des temps plus courts. [2]

Notes

[1Coran, 16/44

[2Al-Adjwibat ul-Bouhoûth wal-Moudârissât ul-Mouchtamilat ‘alayhâ ad-Douroûss il-‘ilmiyyah du SHeikh Sâlih Âl-SHeikh, 8/151

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 • 2017©Copyright - Manhajulhaqq.com | TOUS DROITS RÉSERVÉS

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.