Manhajulhaqq.com

Accueil > Récits > L’Histoire du Prophète d’Allâh Al-Yassa’

L’Histoire du Prophète d’Allâh Al-Yassa’

Récits

lundi 31 mars 2003, par Ismaïl Ibn Hâdî

Version imprimable de cet article Version imprimable | Enregistrer au format PDF | Copyright

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Allâh - Ta’âla - a cité Al-Yassa’ parmi les Prophètes en disant : « De même, Ismâ’îl, Al-Yassa’, Yûnus et Loût. Chacun d’eux Nous l’avons favorisé par dessus le reste du monde » [1]

Et Allâh - Ta’âla - dit aussi : « Et rappelle-toi Ismâ’îl et Al-Yassa’, et Dhoû-l-Kifl, chacun d’eux parmi les meilleurs. » [2]

Ibn Ishâq a rapporté que Al-Hassan dit : Après Ilyâs vint Al-Yassa’ (’alayhouma Salam) qui demeura autant qu’Allâh le voulut, les appelant à Allâh Ta’âla et suivant les Lois et la voie d’Al-Yassa’. Ensuite il mourut et le désordre complet régna parmi eux, il multiplièrent les péchés, eurent parmi eux un plus grand nombre de tyrans et tuèrent les Prophètes. Parmi eux il y eu un roi [Malik] obstinés et injuste et l’on dit que ce fut celui dont Dhoû-l-Kifl se porta garant, s’il se repentait, qu’il entrerait au paradis.

Muhammad Ibn Ishâq dit : « Son nom est Al-Yassa’ Ibn Akhtab ».

Abû Al-Qâssim Ibn ’Asâkir dit : Son nom est Al-Yassa’ Ibn ’Adî Ibn Choutalam Ibn Afrâthim Ibn Yûssuf Ibn Ya’coub Ibn Ishâq Ibn Ibrâhîm Al-Khalîl. On dit aussi qu’il était le cousin paternel d’Ilyâs et qu’il se cachait avec lui dans la grotte du Mont Qâssioun pour fuir le roi Ba’albak. Plus tard il s’y rendit avec lui et quand Ilyâs mourrut, Al-Yassa’ lui succéda et Allâh Ta’âla lui donna après lui la prophétie. Nous avons raconté l’histoire de Dhoûl-Kifl après celle de Ayoûb (’alayhi as-salam) car on dit qu’il fut le fils de Ayoûb. Wa Allâh Ta’âla A’lâm. [3]

Notes

[1Sourate al-An’âm, v-86

[2Sourate Sad, v-48

[3Sahîh Qissâs ul-Anbiyâh de Ibn Kathîr, p.399

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 • 2016©Copyright - Manhajulhaqq.com | TOUS DROITS RÉSERVÉS

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.