Manhajulhaqq.com

Accueil > Ascétisme > Le croyant qui chemine vers Allâh dans le suivi du chemin des traditions est (...)

Le croyant qui chemine vers Allâh dans le suivi du chemin des traditions est un étranger parmi ceux qui suivent leurs passions

Ibn al-Qayyîm al-Djawziyyah (rahimahullâh)

lundi 11 avril 2005, par Ismaïl Ibn Hâdî

Version imprimable de cet article Version imprimable | Enregistrer au format PDF | Copyright

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Comment, du reste, le croyant qui chemine vers Allâh dans le suivi du chemin des traditions n’est-il pas un étranger parmi ceux qui suivent leurs passions, obéissent à leurs caprices et dont chacun admire sa propre opinion ? Tel que ce que le Prophète (sallallahu ’alayhi wa salam) a dit : « Ordonnez le bien et interdisez le mal. Et lorsque vous verrez une avarice à laquelle on obéit, une passion qu’on suit, un monde qu’on préfère, et l’admiration de chacun de ses propres opinions, et que tu vois une affaire où tu n’y es pour rien, occupe-toi alors de ta propre personne. Mais prends garde alors aux gens du commun. Car il y aura après vous des jours où l’endurance de celui qui est patient s’apparente à celui qui tient une braise brûlante dans la main. »  [1]

Voilà pourquoi il a dit que la rétribution du musulman sincère de cette époque - qui suivra sa religion - vaudra celle de cinquante compagnons. Dans le sounan de Abî Dâwoud et de at-Tirmidhî, d’après un hadîth de Abû Tha’labah al-Khoushânî : « J’ai interrogé l’Envoyé d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa salam) sur le verset suivant :

« O les croyants ! Vous êtes responsables de vous-mêmes ! Celui qui s’égare ne vous nuira point si vous vous avez pris la bonne voie. »  [2]

Et il a dit : « Ordonnez le bien et interdisez le mal. Et lorsque tu verras une avarice à laquelle on obéit, une passion qu’on suit, un monde qu’on préfère et l’admiration de chacun de ses propres opinions, occupe-toi alors de ta propre personne et délaisse les gens du commun. Car il y aura après vous des jours qui exigeront beaucoup de patience. Celui qui est patient s’apparente à celui qui tient des braises brûlantes dans la main. Celui qui œuvre en ces jours aura la récompense de cinquante hommes qui œuvrent comme vous. » J’ai dit : « O Envoyé d’Allâh ! La récompense de cinquante hommes parmi les gens de cette époque qui va venir ? » Il a dit : « La récompense de cinquante hommes parmi vous. » [3]

Cette grande récompense est due à son exil au milieu des gens et à son attachement à la Sounnah dans les ténèbres de leurs désirs et de leurs opinions. Aussi, quand le croyant à qui Allâh a accordé une clairvoyance dans sa religion, un discernement de la Sounnah de Son Messager (sallallahu ’alayhi wa salam), et une compréhension de Son Livre, et lui fait voir ce que les gens ont comme passion, innovation, égarement et opposition au chemin des pieux, qui est [la voie] de l’Envoyé d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa salam) et de ses compagnons, lorsque [le croyant] veut joindre ce chemin, il se doit d’accoutumer son âme aux gênes des ignorants et des gens de l’innovation, à leurs offenses sur lui, à leurs mépris sur lui, à leurs mises en garde des gens contre lui, et cela comme leurs ancêtres parmi les mécréants à l’égard de son Maître à suivre et imâm [Le Prophète] (sallallahu ’alayhi wa salam).

En cela, il est étranger dans sa religion en raison de la perversité de leurs religions, étranger en raison de son attachement à la Sounnah, alors que eux s’attachent aux innovations, étranger dans sa croyance en raison de la perversité de la leurs, étranger dans sa prière en raison de la déficience de la leurs, étranger dans sa voie en raison de leurs égarements et la perversité de leurs voies, étranger dans sa filiation en raison de la contradiction de leurs filiations, étranger dans sa cohabitation avec eux, car il cohabite avec eux selon ce qu’ils ne désirent pas. En un mot : Il est étranger dans les affaires de ce bas monde et de l’au-delà, et ne trouve auprès des gens du commun, ni aide ni soutien. Il est un savant entre les ignorants, un adepte de la Sounnah entre les gens de l’innovation, appelant à Allâh et à Son Messager entre l’appel aux passions et aux innovations, ordonnant le bien et condamnant le mal parmi les gens pour qui le bien entre leurs mains est mal, et le mal est bien connu. [4]

Notes

[1Authentifié par SHeikh al-Albânî dans « Silsila al-Ahâdîth as-Sahîha » - n°205

[2Coran, 5/105

[3Authentifié par SHeikh al-Albânî dans « Silsila al-Ahâdîth as-Sahîha » - n°957

[4Madâradj as-Sâlikîn bayna Manâzil Iyâka na’boudou wa Iyâka nassta’în de Ibn al-Qayyîm, 4/26-28

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 • 2017©Copyright - Manhajulhaqq.com | TOUS DROITS RÉSERVÉS

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.