Manhajulhaqq.com

Accueil > Voie et Méthodologie > Insulter les Compagnons ou leurs successeurs

Insulter les Compagnons ou leurs successeurs

SHeikh Sâlih Âli-SHeikh (Qu’Allâh le préserve)

samedi 18 février 2017, par Ismaïl Ibn Hâdî

Version imprimable de cet article Version imprimable | Enregistrer au format PDF | Copyright

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Insulter les compagnons est de la mécréance. Allâh a fait leur éloge :

« Muhammad est le Messager d’Allâh. Et ceux qui sont avec lui sont durs envers les mécréants, miséricordieux entre eux. Tu les vois inclinés, prosternés, recherchant d’Allâh grâce et agrément. Leurs visages sont marqués par la trace laissée par la prosternation. » [1]

Et :

« Allâh a très certainement agréé les croyants quand ils t’ont prêté le serment d’allégeance sous l’arbre. » [2]

Le Prophète (sallallahu ’alayhi wa salam) a dit : « N’insultez pas mes Compagnons ! Par Celui Qui détient mon âme dans Sa Main, si l’un de vous dépensait une quantité d’or de la taille de la montagne d’Ouhoûd, certes il n’atteindrait pas le mérite d’une poignée d’or dépensée par l’un d’entre eux ni même sa moitié. » Celui qui insulte un Compagnon, a certes rejeté l’éloge qu’Allâh porté à leur égard, et il dément la sincérité du Coran, c’est de la mécréance, qu’Allâh nous en préserve.

Insulter les successeurs est un grand blâme interdit, et il peut être considéré comme de la mécréance. Ils représentent les meilleurs des générations après la génération des Compagnons, attesté par le Prophète, la plus belle des créatures, et l’a avéré à leur égard lorsqu’il dit (sallallahu ’alayhi wa salam) : « Les meilleurs des gens sont ceux de ma génération, ensuite ceux qui les suivent et ceux encore qui suivent ces derniers. » [3]

Notes

[1Coran, 48/29

[2Coran, 48/18

[3Al-Mindhâr fî Bayân Kathîr min al-Akhtâ’ ach-Châ-i’ah du SHeikh Sâlih Âl-SHeikh, p. 91 - 92

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 • 2016©Copyright - Manhajulhaqq.com | TOUS DROITS RÉSERVÉS

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.