Manhajulhaqq.com

Accueil > Fatwas > Laisser traîner les vêtements sous les chevilles pour les hommes (...)

Laisser traîner les vêtements sous les chevilles pour les hommes (al-Isbal)

SHeikh Sâlih Âl-SHeikh (Qu’Allâh le préserve)

lundi 6 mars 2017, par Ismaïl Ibn Hâdî

Version imprimable de cet article Version imprimable | Enregistrer au format PDF | Copyright

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Qu’en est-il de laisser traîner les vêtements, l’habit ou le pantalon, dans le sens de laisser pendre au-delà des chevilles pour les hommes (al-Isbâl ?

Cela a été interdit. Cela est la pratique de beaucoup de gens sans aucun regret ou crainte du péché. Certes, l’Envoyé d’Allâh (sallallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Ce qui dépasse les chevilles sera jeté en enfer. » [1] Lorsque le fait de laisser traîner le vêtement est fait par ostentation, cela est encore plus grave. C’est pourquoi Allâh ne le regardera pas. Comme cela a été rapporté de Ibn ‘Oumar, que l’Envoyé d’Allâh (sallallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Allâh ne regarde pas la prière d’un homme qui laisse traîner son vêtement par orgueil. » [2] Et dans une autre version : « Celui qui laisse traîner son manteau par orgueil Allâh ne le regardera pas le jour de la Résurrection. » [3]Faire traîner ses vêtements est interdit, et si cela est fait par ostentation cela est encore plus grave. Moughayrah Ibn Chou’bah dit avoir vue l’Envoyé saisir Soufyân Ibn Abî Sahl, et il lui : « Ô Soufyân ! Attention à ton Izâr, certes Allâh n’aime pas ceux qui laissent traîner leurs vêtements. » [4] [5]

A lire : Les vêtements interdits aux enfants comme aux adultes

Notes

[1Rapporté par al-Bukhârî.

[2Unanimement reconnus authentique.

[3Rapporté par Muslim.

[4Rapporté par Ibn Mâdja, Ibn Hibbân dans son authentique, qui est un hadîth bon.

[5Al-Mindhâr fî Bayân Kathîr min al-Akhtâ’ ach-Châ-i’ah du SHeikh Sâlih Âl-SHeikh, p. 95

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 • 2017©Copyright - Manhajulhaqq.com | TOUS DROITS RÉSERVÉS

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.