Manhajulhaqq.com

Accueil > Jurisprudence > Mariage & Divorce > Qui est le tuteur légal de la femme ?

Qui est le tuteur légal de la femme ?

Règles & fondements

jeudi 9 octobre 2014, par Ismaïl Ibn Hâdî

Version imprimable de cet article Version imprimable | Enregistrer au format PDF | Pas de licence spécifique (droits par défaut)

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Ibn Qoudâma (rahimahullâh) dit dans « al-Moughnî » : « Aucune tutelle ne peut être assurée par des parents qui ne font pas partie des agnats (consanguins) comme le frère utérin, l’oncle maternel, l’oncle paternel de la mère, le grand-père maternel et consorts. C’est ce que Ahmad a précisé à plusieurs endroits. C’est aussi l’avis de ach-Châfi’î et l’une des deux versions sur l’avis de Abû Hanîfa sur la question. » [1]

Ibn ’Uthaymîn (rahimahullâh) a expliqué que le mariage n’est pas valable sans la présence du tuteur, selon la parole du Prophète (sallallahu ’alayhi wa salam) : « Le mariage n’est pas valable sans la présence du tuteur. » Si la femme se marie elle-même, l’acte de mariage n’est pas valable, qu’elle ait contracté le mariage par elle-même ou qu’elle ait donné procuration à quelqu’un pour se faire. Le tuteur est la personne majeure, douée de raison et de bon sens, qui fait partie de ses proches, comme son père, son grand-père paternel, son fils, son petit-fils, et ses descendants, son frère, son demi-frère, s’il est du même père qu’elle, l’oncle paternel, le demi-frère de son père, s’ils sont du même père, et leurs fils, de proche en proche. Les demi-frères de même mère, leurs fils, le grand-père maternel, et les oncles maternels ne sont pas considérés comme des tuteurs, car ils ne font pas partie de ses proches. Comme la présence du tuteur est obligatoire, c’est à lui que revient la responsabilité de choisir parmi les prétendants ceux qui ont le plus de qualités requises, puis les suivants, si plusieurs candidats se présentent. Si, par contre, il n’y a qu’un seul prétendant, qu’il a les qualités requises et que la fille accepte, il doit la marier à celui-là. [2]

Notes

[1Al-Moughnî de Ibn Qoudâma, 9/359-360

[2Ach-Charh ul-Moumti’ ’ala Zâd il-Moustaqni’ du SHeikh Ibn ’Uthaymîn, 12/72-80

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 • 2016©Copyright - Manhajulhaqq.com | TOUS DROITS RÉSERVÉS

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.