Manhajulhaqq.com

Accueil > Jurisprudence

Jurisprudence

Dernier ajout : 1er janvier.

 

Articles de cette rubrique

  • La position essentielle en cas de divergence

    SHeikh al-Islâm Ibn Taymiyyah (rahimahullâh)

    1er janvier, par Ismaïl Ibn Hâdî

    BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm
    Allâh – Ta’âla – dit : « Ils diront : « ils étaient trois et le quatrième était leur chien ». Et ils diront en conjecturant sur leur mystère qu’ils étaient cinq, le sixième étant leur chien et ils diront : « sept, le huitième étant leur chien ». Dis : « Mon Seigneur connaît mieux leur nombre. Il n’en est que peu qui le savent ». Ne discute à leur sujet que d’une façon apparente et ne consulte personne en ce qui les concerne. »
    Ces nobles versets impliquent, à cet endroit, un (...)
  • Les nécessitées lèvent les interdictions

    SHeikh Muhammad Ibn Sâlih al-‘Uthaymîn (rahimahullâh)

    6 novembre 2017, par Ismaïl Ibn Hâdî

    BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm
    Je souhaiterais un commentaire de cette expression : « Les nécessitées lèvent les interdictions. » ?
    Le sens de cette règle est que la personne, lorsqu’elle est contrainte à faire une chose interdite dans le cas d’une nécessité, alors cette chose à la base interdite devient permise. Par exemple, si un homme se trouve affamé et qu’il n’y a eu sa présence qu’une bête morte à consommer pour se nourrir, s’il la mange il sera sauvé [de la mort], et s’il n’en consomme pas, il mourra de (...)
  • Le fondement dans les actes adorations

    SHeikh Souleimân ar-Rouheilî (qu’Allâh le préserve)

    15 mars 2017, par Ismaïl Ibn Hâdî

    BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm
    SHeikh al-Islâm Ibn Taymiyyah (rahimahullâh) a dit : Ahmad et d’autres parmi les savants jurisconsultes des gens du hadîth, disent que le fondement dans le domaine des actes d’adoration est que ces derniers sont conditionnés par des règles strictes. Il n’y a rien de légiféré dans ce domaine si ce n’est ce qu’Allâh a légiféré. Cela entre dans le sens de la Parole d’Allâh – Ta’âla : « Ou bien auraient-ils des associés [à Allâh] qui auraient établi pour eux des lois religieuses (...)
  • Toute condition qui n’est pas trouvée dans le Livre d’Allâh est caduque

    SHeikh Souleimân ar-Rouheilî (qu’Allâh le préserve)

    12 mars 2017, par Ismaïl Ibn Hâdî

    BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm
    Le Prophète (sallallahu ’alayhi wa salam) a dit : « toute condition qui n’est pas trouvée dans le Livre d’Allâh est caduque »
    Nous comprenons du sens apparent de ce hadîth que le jugement est conditionné à ce qu’il l’annule, sauf quand cela figure dans le Livre d’Allâh ou dans la Sounnah, car cette Sounnah est dans le Livre d’Allâh.
    Ce que nous disons sur le sens de ce hadîth « toute condition qui n’est pas trouvée dans le Livre d’Allâh est caduque » est que cela veut dire (...)
  • Choisir l’avis qui nous arrange

    Ibn Qayyîm al-Djawziyyah (rahimahullâh)

    23 janvier 2016, par Ismaïl Ibn Hâdî

    BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm
    Il n’est pas permis au Mouftî de mettre en application les avis et les points de vue de son choix sans les examiner au préalable, et les comparer à d’autres avis avérés. Il ne faut pas qu’il se fie à leur attribution, à un imâm ou à leur extrait comme des points de vue soutenus par un groupe. Il ne faut pas qu’on s’appuie sur cela pour choisir illégalement et appliquer des avis et opinions. Car, agir ainsi en reviendrait à dresser sa propre volonté en norme utilisée pour (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 • 2018©Copyright - Manhajulhaqq.com | TOUS DROITS RÉSERVÉS

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.